DGO

 

Le DGO (Document Général d’Orientations) a été instauré par la circulaire du Délégué Interministériel à la Sécurité Routière du 19 octobre 1993.

Il définit les orientations de la politique locale de sécurité routière au niveau départemental pour une période de 5 ans. Il est à la fois un outil de programmation, qui doit définir les orientations d’actions à mener dans les Alpes-de-Haute-Provence, et de mobilisation locale pour renforcer la sécurité routière.

Il doit permettre à l’ensemble des partenaires locaux de partager l’analyse de l’insécurité routière dans les Alpes-de-Haute-Provence et les enjeux qui en découlent, pour se mobiliser autour d’orientations et de véritables projets départementaux déclinés dans le cadre annuel des Plans Départementaux d’Actions pour la Sécurité Routière (PDASR), pour tenter de contribuer à l’objectif de diminution de l’accidentalité.

La sécurité routière est une politique publique prioritaire depuis de nombreuses années, qui vise à réduire l’accidentalité et le nombre de morts et de blessés sur la route. Elle mobilise tous les acteurs publics (État et collectivités) et privés (assureurs, constructeurs automobiles, associations de prévention ou de défense des usagers de la route…), et implique chaque citoyen en tant qu’usager de la route.

<span style="background: transparent;">Plusieurs décennies d’une politique volontariste ont permis de réduire significativement la mortalité routière, la ramenant à 3 268 morts en 2013 alors qu’elle s’élevait à plus de 18 000 en 1972. Ces résultats sont dus à la mise en œuvre de mesures fortes et parfois impopulaires telles que, entre autres, la fixation de seuils d’alcoolémie, l’instauration de limitations de vitesse, le port obligatoire des équipements de sécurité (ceinture et casque), l’instauration du permis à points, du permis probatoire et du contrôle technique des véhicules, ou encore la pénalisation de certains délits routiers. Le déploiement de ces mesures a systématiquement été accompagné de campagnes d’informations et d’actions de prévention démultipliées en direction du grand public.</span>

Toutefois, depuis 2014 la mortalité routière a tendance à repartir à la hausse. En 2016 en effet, 3 655 personnes sont décédées sur la route, portant la France au quatorzième rang de l’Union Européenne.

Le gouvernement a fixé en 2014 l’objectif de ramener à moins de 2 000 le nombre de tués par an à l’horizon 2020. Cet objectif, ambitieux mais néanmoins réaliste, a été réaffirmé par le ministre de l’Intérieur le 23 janvier 2017 lors de l’installation du Conseil National de Sécurité Routière (CNSRConseil national de la sécurité routière).

La déclinaison de cet objectif dans les Alpes-de-Haute-Provence conduit à une perspective de 10 tués/an à 2020. Il est à noter que le nombre de tués s’élevait à 26 à 2016.

Pour atteindre cet objectif, qui impose non seulement d’agir sur le triptyque de la sécurité des usagers, les véhicules et les infrastructures, mais également de s’appuyer sur l’éducation routière pour réduire les comportements à risque et de cibler les usagers surreprésentés, le Délégué Interministériel à la Sécurité Routière a chargé chaque Préfet de département, par circulaire du 11 avril 2017, d’établir un Document Général d’Orientations (DGO) pour les années 2018 – 2022.

<span style="background: transparent;">C’est donc avec la volonté de répondre aux enjeux de sécurité routière identifiés au niveau national et local que le présent document a été élaboré au terme d’une démarche innovante et partenariale. Il sera le cadre des actions de sécurité routière des Alpes-de-Haute-Provence pour la période 2018 – 2022.

Vous trouverez le DGO 2018-2022 et sa synthèse ci après :
</span>

> Synthèse DGO 2018-2022 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,17 Mb

> DGO 2018-2022 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 6,23 Mb

> DGO 2018-2022 Annexes - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,17 Mb

<span style="background: transparent;">

</span>