Actualités

Participation d’Olivier JACOB à l’assemblée générale de la Chambre de commerce et d’industrie territoriale (CCIT)

 
 
Participation d’Olivier JACOB à l’AG de la Chambre de commerce et d’industrie territoriale

Olivier JACOB, préfet des Alpes-Haute-Provence, a participé mercredi 28 novembre 2018 à l’assemblée générale de la Chambre du commerce et d’industrie territoriale (CCIT) en présence de son président, Daniel MARGOT,  de Bernard KLEYNHOFF, président de la commission « économie et innovation » du conseil régional PACA, et de Roland Gomez, président de la CCIChambres de commerce et d'industrie régionale.

Le préfet s’est  félicité du bon climat des affaires et de la reprise de l’activité économique, amorcée en 2017, dans le département.

 Il a rappelé les actions que mène  l’État  en faveur de la compétitivité des entreprises, ainsi que le lancement prochain, par le Conseil régional,  de l’appel à projets  « école de la deuxième chance ».

Il a également fait part de sa grande attention sur le devenir de la CCIT 04, en tant qu’outil indispensable d'aménagement du territoire.

Le préfet a par ailleurs exprimé sa solidarité pleine et entière avec les entrepreneurs et les commerçants du département, dont l’activité se trouve actuellement perturbée par les mouvements dits des « gilets jaunes ». Ces mouvements fragilisent en premier lieu, à quelques semaines des fêtes de fin d’année,  la bonne santé économique des entreprises du département, et  menacent de nombreux emplois locaux, en contribuant à renforcer les réseaux de distribution dématérialisés peu créateurs de richesse et d’emplois dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Le préfet a ainsi annoncé qu’il examinerait avec un regard bienveillant toutes les mesures administratives (dérogations d’ouverture des commerces le dimanche,  recours au chômage partiel, etc.) qui lui seront demandées, afin de faciliter et de conforter l’activité des entreprises.

Il fait appel à la responsabilité de chacun, en réaffirmant que « si le droit de manifester est un droit fondamental prévu par la loi, il doit être concilié avec les autres libertés essentielles que sont la liberté de circulation et de commerce, ainsi qu’ avec le respect de l’ordre public et la sécurité de chacun. Les forces de l’ordre sont ainsi fortement mobilisées afin qu’aucun blocage complet des voies de circulation ne soit mis en place dans le département ».

Les personnes qui ne respecteraient pas ces droits fondamentaux s’exposent aux poursuites prévues par la loi.