La situation hydrologique et pluviométrique en 2019

 
 
Un suivi de la situation pluviométrique et hydrologique est réalisée par les services de la DDT dès le printemps. Ces données sont utilisées par le Comité de Gestion Collégiale de l'Eau pour la gestion de la sécheresse estivale.

Situation météorologique

L’année 2018 a débuté avec un déficit pluviométrique important, et des réserves en neige relativement faibles.

Après un mois de janvier bien pourvu en précipitations, qui n'ont pu constituer un stock neigeux du fait des températures, le mois de février a été légèrement déficitaire. Néanmoins, le stock neigeux s'est constitué durant ce mois.

Le mois de mars, très pluvieux, a permis une remontée des débits, mais également une augmentation du stock neigeux. La fonte des neiges a débuté en avril, entraînant une augmentation du débit des cours d'eau, complété par des précipitations excédentaires. Quelques épisodes de froid ont permis une reprise du stock neigeux.

Les mois de mai et de juin ont reçu des précipitations importantes, supérieures aux normales, tout comme le mois d'août.

En revanche, les faibles précipitations de septembre combinées aux températures élevées et au vent du sud-ouest ont généré une forte sécheresse des sols, et entraîné un étiage tardif mais sévère. Des épisodes pluvieux ont été observés en octobre.

L’année 2019 est marquée par un mois de janvier sec et frais. Les précipitations étaient basses, et inférieures à la normale. En février et mars, les températures étaient supérieures à la normale, et la pluviométrie peu importante.

Pluviométrie moyenne mensuelle

Figure 1 : Pluviométrie moyenne mensuelle sur le département

Cumul pluviométrique sur l'année hydrologique

Figure 2 : Cumul pluviométrique sur l’année hydrologique

Le mois d'avril a marqué le retour de la pluie, après une sécheresse hivernale prolongée. la pluviométrie est alors excédentaire. Ces précipitations se sont poursuivies durant le mois de mai, dans une moindre mesure.

Situation hydrologique

En 2018, le stade de vigilance n'a été déclenché que très tardivement, le 8 octobre, car des orages réguliers durant la saison estivale ont permis de maintenir des débits satisfaisants dans les cours d'eau du département.

La sécheresse et la chaleur du mois de septembre, été tardif, se sont traduit par des débits en chute, et une baisse du niveau de certaines nappes.

Pour cette année 2019, les mesures hebdomadaires des débits des cours d’eau sensibles par le pôle Eau de la DDT ont débuté en mai. Compte-tenu de la baisse constatée du débit des cours d'eau fin juillet, le stade vigilance du plan d'action sécheresse a été déclenché le 31 juillet 2019.