> Comment la population est-elle informée sur le risque avalanche ?

 
 
Le préfet et le maire partagent les actions d’information préventive, semblables pour tous les risques, destinées au citoyen, aux scolaires, aux professionnels
avalanche - illustration 11 avalanche coulante

avalanche coulante

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) définit, sous l’autorité du maire, l’organisation prévue par la commune pour assurer l’alerte, l’information, la protection et le soutien de la population au regard des risques connus. Des exercices de simulation permettent de tester et d’améliorer ce plan communal. Le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM), consultable en Mairie et téléchargeable au niveau de la rubrique MOI CITOYEN  sur le site de l'ORRM PACA , est intégré dans ce PCS. Pour chaque citoyen, l’information est aussi un devoir individuel : s’informer permet à chacun de connaître les risques auxquels il peut être soumis et les comportements qu’il lui faudra adopter en cas de crise.

Les acquéreurs et locataires de biens immobiliers situés dans des secteurs couverts par un plan de prévention des risques naturels ou technologiques doivent être informés des risques existant dans la zone où sont situés les biens, avant la formalisation de la transaction. Ces informations doivent être fournies par les vendeurs ou les bailleurs.

=> Des mesures de mitigation peuvent réduire la vulnérabilité aux avalanches

Des travaux de protection peuvent être réalisés pour limiter le risque et l’impact des avalanches. Cette protection peut être « active » afin de réduire, voire d’empêcher l’événement (ex : installation de filets, râteliers et barrières à vent, plantations…). Elle peut aussi être « passive » pour orienter le flux des avalanches potentielles ou réduire la fragilité des ouvrages et bâtiments existants (ouvrages de déviation, renforcement de structures…).

==> Les mesures collectives

Exemples d’aménagements dans les Alpes-de-Haute-Provence : La commune de Larche est dotée d’un dispositif complexe de protection contre les avalanches, comprenant notamment une tourne, des râteliers, des banquettes et des plantations.

Les mesures préventives possibles :

  •  Dans la zone de départ de l’avalanche, ouvrages empêchant le départ des avalanches : filets, râteliers, claies, barrières à vent ; plantations, banquettes.
  •  Dans les zones d’écoulement et d’arrêt, ouvrages de déviation, de freinage ou d’arrêt ; galeries paravalanches protégeant les routes.
  •  Détecteurs routiers d’avalanche permettant d’arrêter le trafic à l’aide de feux tricolores sur un tronçon de route exposée lorsque l’avalanche est détecté dans la zone d’écoulement.
  •  Définition et mises en œuvre de règles de construction (matériaux spécifiques, adaptation de l’architecture pour une meilleure résistance à la poussée de la neige).
  •  Déclenchement artificiel d’avalanches avec purges à l’explosif des zones de départ afin d’éviter l’accumulation d’une couche de neige importante pouvant produire une avalanche majeure. Ce déclenchement artificiel d’avalanche peut être réalisé selon les conditions indiquées par un plan agréé, le P.I.D.A (Plan d’Intervention pour le Déclenchement Préventif des Avalanches).
rateliers

Domaines skiables et prévention du risque d’avalanche :

Pour l’aménagement d’un domaine skiable, des précautions particulières sont prises, comme le choix d’implantation des pistes et des infrastructures ou la réalisation d’ouvrages de protection. Quand le domaine est ouvert, les conditions météorologiques et nivologiques (état de la neige) sont suivies régulièrement. En cas de risque d’avalanche, il peut être décidé de fermer temporairement des pistes ou de déclencher artificiellement des avalanches (voir plus haut).

==> Les mesures individuelles

  •  Respect des règles de construction : il est recommandé aux particuliers de faire appel à des professionnels pour toute construction en zone d’avalanche
  •  Très fréquemment, la prise en compte du risque avalanche dans la construction se traduit par la conception de façades aveugles sur une certaine hauteur au-dessus du sol. Sont également importants : l’orientation du toit et celle du bâtiment par rapport à la pente.