Le risque minier dans le département des Alpes-de-Haute-Provence

 
 
16 communes des Alpes-de-Haute-Provence sont soumises à l'aléa minier ou carrière

> Liste des communes soumises à l’aléa minier (M) ou carrière (C)

Risque minier - illustration 2 tableau COM DPT 04 mines et carrières

Sur les territoires des communes de Dauphin, Saint-Maime, Villeneuve et Volx ont été exploitées 3 concessions de lignite (Villeneuve, Dauphin et hubacs-de-Vaulx). Sur les communes de Dauphin et Saint-Maime sont également situées 3 concessions de schistes bitumineux (Grenouillet-Beauregard, Notre-Dame-d’Ubaye et Bois d’Asson).

Un arrêté préfectoral a été prescrit en date du 16 février 2004 établissant un plan de Prévention des Risques Naturels et Miniers sur la commune de Saint-Maime. Conformément à la loi du 30 mars 1999 et au décret du, 16 juin 2000, l’élaboration des études, et la réalisation de la carte des aléas liées à ces exploitations minières été confiés à GEODERIS.

L’objectif de l’étude est de :

  • déterminer l’existence et la nature des risques résiduels après l’arrêt de l’exploitation ;
  • délimiter les zones concernées par ces risques.

> L’historique du risque minier dans le département

Les 3 concessions de lignite accordées en 1817 pour Dauphin, 1820 pour Hubacs de Vaulx et 1861 pour Villeneuve ont été renoncées en 1985. L’exploitation a été arrêtée en 1949. De 1874 à 1949 la production a atteint trois millions de tonnes.

Le gisement se compose de quatre faisceaux de couches de lignite de l’ordre de 3 m de puissance pouvant atteindre localement 5 m. Il affleure de part et d’autre de la vallée du Largue et s’enfonce avec des pendages très variables jusqu’à 200m de profondeur.

Les méthodes d’exploitation ont été très diverses. Elles restent inconnues pour les travaux anciens avant la reprise par la SOGEREM entre 1874 et 1897.

Les 3 concessions de schistes bitumineux ont été attribuées en 1848. Les niveaux de schistes bitumineux se situent au mur des faisceaux de lignite. Ils ont fait l’objet de travaux d’exploitation par galeries et fouilles en tranchée aux affleurements.

> Zoom sur Manosque

Le Bassin de Forcalquier est constitué de gisements exploités entre 1850 et 1950. Des kilomètres de galeries à des profondeurs de 10 à 300 m et des centaines de puits ont été réalisés pour extraire plusieurs millions de tonnes de lignite. Sur Manosque, on peut citer entre autres les concessions de Gaude, Les Fournigues, La Rochette (lignite), Bourne (soufre) et La Passaire (sel). Ce parcours minier peut être responsable d’affaissements et d’effondrements comme celui du 20 octobre 2012, chemin de l’Olivade, d’une profondeur de près de 12 m.

Par ailleurs, depuis une trentaine d’années, les nappes de sel localisées au nord de la commune sont utilisées pour le stockage souterrain d’hydrocarbures : c’est l’objet du PPRTPlan de prévention des risques technologiques GEOSEL GEOMETHANE non traité ici.

En 2006 a été prescrit sur Manosque un PPRNPlan de prévention des risques naturels multirisques inondations, incendies et glissements de terrain avec prise en compte de l’aléa minier. Ce PPRNPlan de prévention des risques naturels a été approuvé le 19 octobre 2016.