La situation dans le département

 

Le suivi de la situation hydrologique

Les années 2003 à 2012 se sont caractérisées par des sécheresses répétées, nécessitant une adaptation des pratiques au manque d’eau, quel que soit l’usage.

La gestion quantitative (Alimentation en eau Potable et Irrigation) doit faire face à une diminution possible de la quantité d’eau disponible et éviter de subir trop durement ces phénomènes qui occasionnent de nombreuses difficultés.

Un suivi hebdomadaire des débits des cours d’eau à étiage sensible, soit 8 bassins versants, est réalisé par les agents de la DDT, afin d’anticiper les périodes de sécheresse et les risques de pénurie.

Les usages peuvent ainsi être modifiés et adaptés au contexte pour limiter au mieux les risques de manque d’eau.

jaugeage1
 
riviere2
 

En parallèle, les données pluviométriques de Météo France sont analysées, en les comparant aux moyennes et aux normales, afin d’évaluer la criticité de la situation.

riviere1 bis bis

Depuis début 2017, la situation du département est analysée chaque mois, grâce aux données pluviométriques, aux jaugeages réalisés par les agents de la DDT, et aux données régionales fournies par la DREALdirection régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement.

> Bulletin de Situation Hydrologique - Mai 2017 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,57 Mb

 

Par ailleurs, le suivi hebdomadaire des cours d’eau de la zone sensible du département a débuté la semaine du 5 mai.

Depuis le début du mois de juin, les conditions de sécheresse liées à de fortes températures ainsi que l’absence de toute pluie efficace ont entraîné la poursuite de la dégradation de la situation hydrologique des cours d’eau. L’évolution défavorable de la situation sur les ressources en eau conduit à un nécessaire renforcement de ces mesures.

Réuni le 8 août par la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, le comité de gestion collégiale de l’eau a constaté que les débits de tous les cours d’eau poursuivaient leur baisse, et que le déficit pluviométrique des cinq derniers mois était particulièrement élevé (48 % en moyenne dans le département, avec certaines stations météorologiques comme celle de La Mure Argens qui affichent un déficit supérieur à 60 %).

Le comité technique se réunit depuis chaque semaine, pour faire le point sur la situation.

En application du Plan d'Action Sécheresse, le stade de Crise est instauré dans le bassin versant du Colostre depuis le 21 juillet, sur le bassin versant de l'Asse depuis le 8 août, et sur le Vançon depuis le 15 septembre. Le stade d’Alerte Renforcée à la sécheresse est déclenché sur le bassin versant du Calavon depuis le 7 août. Les bassins versants du Jabron, du Largue, du Haut-Verdon et de la Bléone sont concernés par le stade d'Alerte.

Par ailleurs, son débit étant en augmentation, le bassin versant du Lauzon est passé du stade de Crise au stade d'Alerte le 29 septembre, et la Bléone est sortie du stade d'Alerte le 5 octobre.

Le stade d’Alerte entraîne des limitations des usages suivants :

  •  Interdiction de prélever et d’irriguer de 11 h à 18 h ;
  •  Interdiction d’arroser les pelouses, espaces verts et sportifs de 8h à 20h ainsi que de remplir les piscines ;
  •  Interdiction de laver les véhicules hors des stations de lavage ;
  •  Respect des arrêtés préfectoraux complémentaires de restriction d’eau, notifiés aux Installations Classées pour la Protection de l’Environnement ;
  •  Réduction de 20 % des prélèvements d’eau individuels, agricoles, industriels et commerciaux, quel que soit l’usage.

Le stade d’Alerte Renforcée entraîne des limitations des usages suivants :

  •  Interdiction de prélever et d’irriguer de 8 h à 20 h ;
  •  Interdiction d’arroser les pelouses, espaces verts et sportifs, ainsi que de remplir les piscines ;
  •  Interdiction de laver les véhicules hors des stations de lavage ;
  •  Respect des arrêtés préfectoraux complémentaires de restriction d’eau, notifiés aux Installations Classées pour la Protection de l’Environnement ;
  •  Réduction de 30 % des prélèvements d’eau individuels, agricoles, industriels et commerciaux, quel que soit l’usage.

Le stade de Crise entraîne une suspension totale des prélèvements en eau pour tout usage autre que l’eau potable.

L’ensemble des dispositions applicables est consultable dans toutes les mairies, et sur Propluvia : http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp.

Les communes non concernées par un arrêté préfectoral de restriction restent quant à elles en situation de « vigilance ». Ce stade n’impose pas de restriction particulière mais demande à tous les usagers de modérer leur consommation d’eau, les conditions climatiques laissant en effet entrevoir une dégradation rapide de la ressource.

> Situation au 5 octobre 2017 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,06 Mb