Actualités

Lutte contre les violences faites aux femmes : visite du centre d’hébergement l’« Atelier des Ormeaux »

 
 
Lutte contre les violences faites aux femmes : visite du centre d’hébergement «Atelier des Ormeaux»

Olivier JACOB, préfet des Alpes-de-Haute-Provence, et Stéphane KELLENBERGER, procureur de la République, se sont rendus le mardi 26 novembre 2019, au  centre d’hébergement « L’Atelier des Ormeaux », à Manosque.

Créé en 1999, l’Atelier des Ormeaux accueille toute l’année des femmes, avec ou sans enfants, victimes de violences conjugales et de violences intrafamiliales, ou en grande difficulté sociale.

En 2018, 479 personnes (contre 417 en 2017) ont été victimes de violences intrafamiliales dans les Alpes de Haute-Provence, dont  84 % de femmes.

La très grande majorité de ces cas de violences intrafamiliales relèvent de violences conjugales (376 victimes).

En 2018, le département a connu de deux tentatives de féminicides, ayant donné lieu à ouvertures d'informations judiciaires criminelles.

Ces statistiques démontrent que ce fléau social mérite d’être combattu à la fois par des actions de répression et par des actions de prévention, de sensibilisation, de formation et d’information auprès des professionnels concernés et du grand public.

La proposition de loi visant à agir contre les violences faites aux femmes des a été adoptée par l’Assemblée nationale.

En cohérence avec l’action conduite par le Gouvernement pour combattre les violences sexuelles et sexistes, les principales mesures portées par ce texte sont :

  • l’impossibilité de refuser une ordonnance de protection en se fondant sur l’absence de dépôt de plainte d’une victime ;
  • la fixation d’un délai de délivrance de l’ordonnance de protection à 6 jours contre 42 en moyenne actuellement ;
  • la mise en œuvre du port du bracelet anti-rapprochement de manière préventive avant condamnation ;
  • l’élargissement des conditions d’octroi d’un téléphone grave danger (TGD) ;
  • la facilitation de l’attribution de la jouissance du logement conjugal à la victime, à sa demande.

Le Grenelle contre les violences conjugales a déjà permis de créer une dynamique collective autour des acteurs de la lutte contre les violences faites aux femmes. La proposition de loi permet d’apporter les solutions opérationnelles et l’outillage adéquat pour permettre à l'ensemble de ces  acteurs d'agir pour prévenir les violences.

Le gouvernement déploie ainsi des mesures phares, dont certaines ont été  annoncées lors de la clôture de ce Grenelle par le Premier Ministre, le 25 novembre 2019, comme  la décharge des descendants de leur obligation alimentaire envers le parent condamné pour homicide volontaire de l’autre parent ou la création de 80 postes supplémentaires d’intervenants sociaux dans les commissariats et gendarmeries bénéficiant d’un financement de l’État.

Le 3919 sera également ouvert 24h/24 et 7j/7 et rendu accessible aux personnes en situation de handicap.

blahblah

3919 : le numéro de téléphone pour les femmes victimes de violence

Chantage, humiliation, injures, coups... Le Grenelle contre les violences faites aux femmes est lancé du 3 septembre jusqu'au 25 novembre 2019, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Les femmes victimes de violences peuvent contacter le 3919. Gratuit et anonyme, ce numéro de téléphone qui a un rôle d'écoute, d'information et d'orientation est accessible 7 jours sur 7 (de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés).

 

Retrouvez les 30 mesures pour combattre le fléau des violences faites aux femmes en téléchargeant le dossier de presse relatif à la clôture du Grenelle contre les violences conjugales.