COVID-19 : Point sur la situation dans les Alpes-de-Haute-Provence

Covid-19 et addictions : risques et précautions

 
 
Covid-19 et addictions : risques et précautions

La période de crise sanitaire et le confinement à domicile amènent à s’interroger sur les interactions entre les sources de contamination et les consommations de substances psychoactives, ainsi que sur les risques d’accidents, de violences intrafamiliales, et de contraction de formes plus sévères de la maladie qui peuvent résulter de ces addictions.

Pour sensibiliser le public à ces risques, la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) lance une campagne d’information visant à alerter et à conseiller les consommateurs et leurs proches.

Tabac et autres produits inhalés

  • La consommation régulière de produits inhalés (tabac, cannabis, cocaïne, crack, etc.) augmente le risque d’infection et de forme sévère.
  • Chez certains, de telles consommations sont responsables d’une toux qui par elle-même favorise la transmission du virus à son entourage, y compris en cas d’infection sans symptôme.
  • Le fait de partager une cigarette, un joint, un dispositif de vapotage ou tout autre produit ou matériel peut favoriser les contaminations.
  • Enfin, le confinement pourrait également augmenter l’exposition passive de l’entourage au tabac ou à la fumée d’autres produits.

En cette période d’épidémie, il est important de :

  • veiller à protéger vos poumons et ceux des personnes qui vivent avec vous ;
  • ne pas partager les cigarettes ou tout autre produit/matériel ;
  • vous laver les mains avant et après toute consommation.

Par ailleurs, si vous êtes en cours de traitement de substitution nicotinique, contactez votre médecin traitant ou votre pharmacie afin d’organiser la continuité de votre suivi et de votre traitement.

Alcool

Dans le contexte actuel, des hausses de la consommation d’alcool au domicile sont possibles. Celles-ci pourraient avoir des conséquences de nature diverse :

  • augmentation des accidents domestiques (chutes, blessures) ;
  • violences intrafamiliales ;
  • baisse de vigilance ou désinhibition pouvant conduire à un moindre respect des gestes barrières et des mesures de distanciation sociale.

Une restriction complète et rapide de la consommation peut avoir des effets délétères chez les personnes dépendantes (syndrome de sevrage aigu).

Pendant l’épidémie aussi, il est rappelé de respecter les repères de consommation à moindre risque :

  • ne pas consommer plus de 2 verres par jour ;
  • avoir des jours sans consommation ;
  • ne pas consommer plus de 10 verres standard par semaine ;
  • pour les femmes enceintes, les jeunes et les adolescents, l’option la plus sûre est de ne pas consommer d’alcool.

Par ailleurs, afin de réduire les risques de transmission du virus : ne partagez pas vos verres, bouteilles ou cannettes avec d’autres personnes. 

Usages de drogues

La situation des usagers de drogues est complexe en période d’épidémie et plus encore dans une situation de confinement.  
Comme pour l’alcool, les consommations de stupéfiants peuvent avoir des conséquences telles que :

  • augmentation des accidents domestiques ;
  • violences intrafamiliales ;
  • baisse de la vigilance ou désinhibition pouvant conduire à un moindre respect des gestes barrières et des mesures de distanciation sociale.

Pour réduire le risque de d’infection par le Covid-19, il est conseillé de :

  • réduire les contacts avec d’autres personnes ;
  • appliquer strictement les gestes barrières, en particulier le lavage des mains (eau + savon ou gel hydro-alcoolique) après chaque contact avec une autre personne, avant et après chaque usage de drogue ;
  • ne pas partager (ne pas « faire tourner ») les cigarettes électroniques, cigarettes, joints… Si le partage ne peut être évité, il faut, par exemple, essuyer les embouts des cigarettes électroniques avec un tampon d'alcool avant de partager ou encore utiliser des embouts à usage unique ;
  • être encore plus vigilant sur le risque de surdose, les services d'urgence surchargés peuvent tarder à répondre aux appels. Si la consommation se fait avec d'autres, échelonner les consommations des uns et des autres (pas tous en même temps).
  • pour les personnes qui prennent des médicaments de substitution aux opiacés depuis au moins 3 mois, et dont la dernière ordonnance est expirée, il est possible de se rendre dans sa pharmacie habituelle pour un renouvellement de son traitement sur une durée limitée (28 jours au plus). Le pharmacien demandera l’accord du prescripteur, compte tenu des forts risques de surdoses liés à la consommation de méthadone. Il est recommandé de prendre contact par téléphone avec son médecin prescripteur au préalable.

Surconsommation d’écrans et addictions aux jeux vidéo

Usage excessif, dépendance voire addiction : la relation aux objets numériques se voit de plus en plus mise en question sous le prisme de l’excès et d’un possible danger pour notre bien-être.

En période de confinement, entre devoirs et loisirs, il peut être difficile de limiter le temps d’écran des enfants et adolescents.

Quelques conseils pour éviter la surconsommation, et le développement d’addiction aux écrans ou aux jeux vidéo des plus jeunes :

  • rythmer la journée grâce à un planning familial des medias ;
  • établir des règles claires d’utilisation des écrans pour chacun des enfants ;
  • privilégier des ressources de qualité et respecter la norme PEGI des jeux vidéo ;
  • montrer l'exemple aux enfants en évitant d'avoir le nez sur le portable en leur présence ;
  • bannissez les écrans pendant les repas ;
  • prévoyez une ou plusieurs activités déconnectées par semaine ;
  • prenez du temps tous les jours pour une lecture « papier » en famille : un album, le passage d’un livre, une bande-dessinée…

Les services d'aide à distance en activité

De nombreux dispositifs d’aide à distance fonctionnent toujours, par téléphone ou par internet pour aider les consommateurs et leur entourage à faire face aux consommations de substances psychoactives pendant la période de confinement.

Alcool info service : 0 980 980 930, tous les jours de 8h à 2h - Appel non surtaxé
Information, soutien, conseil et orientation pour les personnes en difficulté avec l'alcool et pour leurs proches.
https://www.alcool-info-service.fr

Drogues info service : 0 800 23 13 13, tous les jours de 8h à 2h - Appel et service gratuits
Information, soutien, conseil et orientation pour les personnes en difficulté avec l'usage de drogues et pour leurs proches.
https://www.drogues-info-service.fr/

Ecoute cannabis : 0 980 980 940, tous les jours de 8h à 2h - Appel non surtaxé
Information, soutien, conseil et orientation pour les personnes en difficulté avec l'usage de cannabis et pour leurs proches.
https://www.drogues-info-service.fr/

Joueurs info service : 09 74 75 13 13, tous les jours de 8h à 2h - Appel non surtaxé
Information, soutien, conseil et orientation pour les personnes en difficulté avec leur pratique de jeux et pour leurs proches.
https://www.joueurs-info-service.fr/

Tabac info service : 3989, du lundi au samedi de 10h à 18h - Coût d'une communication locale Information, conseil et aide à l'arrêt du tabac. Service de coaching personnalisé par Internet.
https://www.tabac-info-service.fr/

Plus d’informations sur le site de la MILDECA en suivant ce lien : https://www.drogues.gouv.fr/

06 Générale